Arras : Entre Patrimoine & Cinéma

Arras, ville du nord de la France, est idéalement située à 30 minutes de sa jumelle Lille et au carrefour de l’Europe (à environ 2 heures de Bruxelles et de Londres). Elle mérite d’être mieux connue grâce à son riche patrimoine et la qualité des évènements organisés au fil des années.
La semaine dernière, le 7ème Art m’a donné rendez-vous à l’occasion du Arras Film Festival.

Il y a un festival du film à Arras ? C’est pas à Cannes plutôt ?

Et oui, il n’y a pas qu’un seul festival du cinéma en France !
Cette année, le Arras Film Festival s’est déroulé du 3 au 12 novembre 2017. Déjà la 18ème édition !
120 longs métrages, 72 avant-premières et 150 invités (acteurs, réalisateurs, producteurs…) étaient de la partie.
Ce festival accueille des personnes renommées internationalement, tout en mettant en avant les nouveaux talents européens.
L’ambiance est vraiment unique. Toutes les générations se côtoient et les échanges avec les acteurs/réalisateurs se font naturellement avec le grand public.

Pour ma part, j’ai assisté à la projection de 2 films :

Le premier, MARIJA de Michael Koch :
« Marija, une jeune Ukrainienne, travaille comme femme de ménage à Dortmund, en Allemagne. Animée par une détermination sans bornes, elle est prête à tout pour réaliser son rêve, celui d’ouvrir un salon de coiffure. Le portrait ambivalent d’une femme forte et déterminée dans un monde insensible à la misère humaine. »

A première vue, ce n’est pas du tout le type de film que j’affectionne. Mais justement, le festival du film d’Arras, c’est l’occasion de découvrir ce que je n’aurais jamais eu l’idée d’aller voir. Pour le coup, c’était assez spécial. Toutefois, ce long métrage est pas mal du tout et l’actrice a réussi par son interprétation à me faire rentrer dans le film !
Malheureusement, le réalisateur n’a pu être présent à la fin.

Le second film : C’EST TOUT POUR MOI de Nawell Madani

« Depuis toute petite, Lila veut devenir danseuse, n’en déplaise à son père. Elle débarque à Paris pour réaliser son rêve… Mais de galères en désillusions, elle découvre la réalité d’un monde qui n’est pas prêt à lui ouvrir ses portes. Une comédie pleine d’énergie et d’émotion sur le parcours d’une jeune artiste en quête de reconnaissance et de succès. »

Ce film est plus joyeux que le précédent. Il s’inspire de la vie et du parcours de son actrice-réalisatrice Nawell Madani. A la fin du film, elle nous a fait l’honneur d’être présente avec 2 des acteurs. Ce qui m’a le plus surpris, c’est que 70% du casting est composé d’amateurs. Ils n’ont, pour la plupart, jamais joué dans un film précédemment. J’ai eu un très gros coup de coeur pour Mimoun Benabderrahmane, l’acteur qui joue Omar, le père de Lila. Dans la vraie vie, Mimoun est le chauffeur de Nawell. Elle recherchait la personne idéale pour jouer ce rôle. N’ayant aucune expérience dans ce milieu, il a refusé pendant longtemps son offre avant de céder. Et quelle réussite ! Un nouvel acteur est né. Grâce à ce film, il a abandonné son taxi et a commencé à tourner son second film.

Pour conclure, voici un petit aperçu de ce que j’ai vécu sur place. En plus, la musique (officielle) est géniale. Vidéo réalisée par l’équipe du festival :

7.11

Jour 6 • Envie d'un résumé d'hier ? C'est parti 😀

Publié par Arras Film Festival sur mercredi 8 novembre 2017


Arras, c’est aussi une ville riche en patrimoine !

Vous connaissez la bataille d’Arras ? Non ce n’est pas une bataille qui s’est déroulée à l’époque de Vauban, mais bien en 1917. Cette année, c’est son 100ème anniversaire ! C’est pour moi l’occasion de descendre à 20m de profondeur dans la Carrière Wellington. Pourquoi a-t-on donné à ce lieu le nom d’une ville néozélandaise ?

Commençons par un peu d’histoire : la ville d’Arras regorge dans ses entrailles de carrières de craie d’origine médiévale. Pendant la Première Guerre mondiale, le plan d’une attaque surprise sur les allemands a été décidé entre les alliés (Grande-Bretagne et le Commonwealth) et la France. Pour se faire, l’idée était d’utiliser les carrières et de les relier entre elles par des tunnels jusque sous les lignes ennemies. Ces derniers ont alors été creusés par des sapeurs néozélandais. Pour se repérer dans ce labyrinthe, des noms de villes néozélandaises ont été donnés aux différentes galeries. Pour la petite anecdote, ils ont également inscrit sur les parois, la direction des toilettes par le mot français « laterines », alors que les soldats étaient tous anglophones. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la carrière a été réutilisée comme abri anti-aérien par la population civile. Mais cette fois-ci, les habitants français ont fléché le mot anglais « WC ».

Cette carrière est bien aménagée. La visite s’accompagne d’un audio-guide qui se déclenche à des points stratégiques. Immersion garantie ! Le guide complète l’expérience avec ses explications sur le déroulement de la bataille.

Et le Beffroi, on en parle ?

L’hôtel de ville et son Beffroi ont été classés au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2005. Je pense que des photos valent mieux que des mots pour expliquer la beauté de ce bâtiment de style gothique.

Il est possible de monter pour admirer la vue panoramique. Du haut de ses 75m,  le paysage arrageois s’étend sur plusieurs kilomètres. L’horloge et le carillon valent aussi le détour !

Enfin, découverte des carrières de craie sous un autre angle par la visite des Boves, situées en dessous de l’Hôtel de ville. Cette fois-ci, elles sont utilisées au cours des siècles comme lieu de stockage par les marchands. Des trappes sont posées un peu partout dans les commerces de la ville pour donner accès à des caves aménagées à 4 et 8m de profondeur.

Les Boves - Arras - No Mad Land

Les Boves – Arras – No Mad Land


Remerciements

Un GRAND MERCI à l’office du tourisme d’Arras pour l’invitation. Je remercie tout particulièrement Delphie, Laurence et Christian pour leur accueil et ce moment convivial passé en votre compagnie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
error: Content is protected !!