Manitou Mushers : du chien de traîneau en terre Makwanini

Quel est l’un des sports d’hiver préférés de nos cousins canadiens ? Je vous  le donne dans le mille : le chien de traîneau ou traîneau à chien en québécois.

Pendant ma visite d’une semaine à Montréal, j’en ai profité pour faire une courte escapade de deux jours en Mauricie. Pour resituer, la Mauricie est la région entre la ville de Montréal et de Québec (je précise car je n’en avais aucune idée jusqu’à aujourd’hui).

Karine de l’office du tourisme de Mauricie me conseille de contacter Manitou Mushers. Quelle bonne idée ! Je ne suis pas déçue du voyage. Ma rencontre avec Anne-Marie, Maxime et leurs chiens fait partie des rares moments dont je me souviendrai toute ma vie. C’est mon coup de cœur de ce voyage !

Avant de faire connaissance avec le reste de la troupe, Anne-Marie me conduit dans un lieu plus qu’insolite, un tipi construit par son grand-père comme « projet de retraite » !

Je ne savais pas à quoi m’attendre. Mais quelle bonne surprise d’apprendre qu’elle est d’origine Amérindienne. Elle fait partie de la tribu des Makwanini et nous sommes sur les terres de ses ancêtres.

S’en suit alors une expérience surprenante comme je les aime : Anne-Marie me transmet, à sa façon, un petit bout d’histoire sur sa famille, son peuple et ses traditions.

Contrairement à l’idée reçue, les amérindiens ne sont pas des « sauvages ». Ils vivent en harmonie avec la nature qui les entoure. Ils ne chassent que ce dont ils ont besoin et respectent leur environnement.

En bonus, je découvre une cérémonie de fumigation ou purification (ce n’est pas que je suis impure, mais ça peut toujours servir !)

Je quitte Anne-Marie pour rejoindre Maxime et les chiens. Manitou Mushers a une organisation bien particulière. Les chiens ne sont pas attachés. C’est le seul endroit au Québec où ils vivent en enclos. Ils peuvent ainsi se balader plus librement et éprouver moins de stress.

Les chiens recueillis par Manitou Mushers sont principalement issus de l’univers de la course. Aujourd’hui, ils accueillent de plus en plus de chiens de particuliers. A la base, ils voulaient s’arrêter à 20 chiens. Ils en ont 29.

Il faut savoir que le Québec a le plus gros taux d’euthanasie au monde : 500 000 euthanasie d’animaux domestiques par an sur une population de 8 millions d’habitants, contre 100 000 en France pour une population de 67 millions. En moyenne, le québécois ne va garder son chien que 2 ans.

Anne-Marie et Maxime ne font pas que du chien de traîneau. Ils proposent aussi des cours d’éducation canine. Au départ, certains des chiens ont des lacunes de comportement. Tous les deux professeurs de Yoga, ils font tout pour que leurs actions baissent le niveau d’adrénaline des chiens. Le stress amène à l’anxiété, l’anxiété amène à la peur et la peur amène à l’agressivité. Quand le chien attaque, il cherche en fait à éliminer la source de ce qui lui fait peur. Il faut chercher la collaboration avec son chien et favoriser un système de récompense plutôt que de punition. Maxime l’explique bien mieux que moi dans la vidéo ci-dessous (après c’est toujours mieux d’aller sur place les rencontrer) :

Parlons enfin de chien de traîneau ! Au Canada, cette culture est omniprésente. On fait tout pour apprendre aux chiens à devenir de vrais athlètes. Pour avoir un traîneau parfait, la morphologie et le physique comptent beaucoup. Les chiens doivent avoir le même gabarit pour atteindre la perfection et un traîneau le plus équilibré possible. C’est tout un art !

Après ce cours d’éducation canine, j’aide Maxime à préparer le traîneau et à attacher les chiens pour notre sortie. Je vous confirme qu’ils ont plus de force que moi. Ce sont eux qui m’ont emmené au traîneau plutôt que l’inverse. Je commence le parcours debout à l’arrière avec Maxime (comme cela Pascal fera la seconde partie en montée pour pousser le traîneau ;-)). Il m’explique comment tourner et freiner si besoin. L’expérience de glisse est exceptionnelle ! On se sent libre. C’est un peu comme si je volais sur la neige. Les paysages sont somptueux. Je me retrouve au milieu d’une foret enchantée où se le soleil joue à cache-cache entre l’ombre et la lumière. Les chiens s’éclatent, ils adorent cela et ça se voit ! Je ne vous cacherai pas qu’il fait bien froid (j’ai fait une hypothermie dans la soirée…). Mais cette expérience incomparable me fait tout oublier.

Un GRAND MERCI à Anne-Marie et Maxime de Manitou Mushers. Comme on dit chez les Makwanini : KITCI MIKWETC !

Pour en savoir + :

Hors saison, Manitou Mushers propose de la cani-rando et fait des cours d’éducation canine et de yoga. N’hésitez pas à aller les voir tout au long de l’année

L’office du tourisme de Mauricie et de Québec pourront vous renseigner et vous aider à préparer votre voyage :

Tourisme Mauricie

Québec Authentique

Québec Original

4 Comments on “Manitou Mushers : du chien de traîneau en terre Makwanini

  1. Hello !

    Ah cet article me fait rever !
    Déjà qu’avec mon mari et mon fils on reve de vivre à Montréal mais alors le chien de traineau c’est tellement beau, une belle philosophie de vie !

    • Hello Laura

      J’espère qu’un jour ton rêve se réalisera et que tu pourras vivre dans ce pays de toute beauté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
error: Content is protected !!